Anti arnaques le bon coin "@Laurent"
ACCUEIL téléphones recensés BANQUES recensés et RIB En image Démarches En bref CONTACT

REGROUPEMENT ARNAQUES LE BON COIN

Enquête ou pas ?

Je ne peux vous répondre, ce site peut aider grandement la police. Depuis la création de ce site en mars, les choses pourraient avancer très vite en tout cas, il est trop tôt pour le dire.
C'est grace à celui-ci qu'on peut y voir plus clair.


Le Bon Coin responsable ou pas ??



Pour moi le Bon coin a une part de résponsabilité les réponses aux signalements sont insuffisantes. Les signalements peuvent recevoir pour réponse « Il est possible que cette annonce soit abusive mais nous n'avons pas suffisamment d'éléments pour la supprimer. Vous êtes libre de ne pas donner suite si vous ne le souhaitez pas."

LBC préfére-t-il laisser le bénéfice du doute aux escrocs plutôt que de prendre le risque de supprimer une annonce signalée. Il y a là un gros problème je trouve.
Et comment se fait-il qu'il ne soit pas backlisté ?? Comment l'escroc peut-il poster et reposter autant d'annonces que pourtant nous signalons ?
Il est dit : Nous recueillons les informations suivantes relatives aux services que vous utilisez et à l’usage que vous en faîtes : Des données techniques : adresse IP, connexion internet, type de navigateur, informations concernant votre ordinateur ;


Le Bon Coin est-il responsable en cas de colis non-livré ou défectueux ?:

Le Bon Coin n'étant qu'une plateforme mettant en relation des particuliers, elle n'est en aucun cas partie à la vente et il n'est donc pas possible de la tenir pour responsable en cas de vente qui ne se déroulerait pas comme prévu.

Lorsque vous achetez un bien sur Le Bon Coin vous n'avez aucune garantie contre les produits défectueux ou la non livraison d'un produit. Le Bon Coin n'est qu'un intermédiaire entre des particuliers qui souhaitent organiser la vente d'un produit.

Ce que dit la Loi la vente effectuée sur Le Bon Coin ne constituant pas la profession principale des vendeurs mais bien souvent juste une vente occasionnelle entre particuliers permettant de tirer profit de produits inutilisés ou dévalorisés, les règles de protection du consommateur prévues dans le Code de la consommation ne sont pas applicables. En effet, l'article L121-1 du Code de commerce dispose qu'est commerçant toute personne qui exerce des actes de commerce comme profession habituelle. Ainsi il n'y aura pas de droit de rétractation pour l'acheteur d'un bien sur Le Bon Coin à contrario de la possibilité de rendre un produit défectueux ou pour remboursement si celui-ci est vendu par un professionnel sur un site internet (article L121-21 du Code de la consommation). De quels moyens d'action dispose alors l'acheteur d'un bien sur Le Bon Coin pour résoudre son litige ?

Procédure simplifiée pour agir contre le vendeur : dans le cas d'une vente qui se déroule mal sur Le Bon Coin, l'acheteur peut se retourner contre le vendeur, mais pas contre le site internet qui n'est qu'une plateforme de mise en relation entre les parties à la vente. Litige.fr permet d'effectuer l'intégralité des démarches en ligne, depuis l'envoi d'une Mise en Cause gratuite jusqu'à la saisine du Tribunal compétent.

J'ai à nouveau signalé le 17 mai quelques annonces de l'escroc au bon coin, j'ai indiqué l'adresse de ce site afin qu'ils voient de leurs propres yeux le nombre impréssionnant de petites annonces postés par l'escroc,
Exemple : j'ai signalé entre autre cette annonce le 17 mai à 16h05 alors qu'elle venait juste d'être postée.



Nous verrons si le bon coin supprime cette annonce et en combien de temps, pour l'instant l'annonce est toujours active malgré mon signalement et mes explications :


Bingo !! l'annonce a été supprimé !!! il aura fallu attendre trois jours, il y a encore du progrès à faire mais c'est encourageant.
Je vais maintenant m'acharner à signaler toutes ses annonces. Il faut trouver les bons arguments c'est le plus difficile.


Un petit espoir...

Arnaque sur Internet : un fraudeur mondial arrêté par Interpol au Nigéria



*******Les arnaques sur internet auraient coûté 4,5 milliards d'euros aux Français entre 2010 et 2016, selon le parquet de Paris.**********

L'homme était surveillé de près par les cyber-policiers d'Interpol depuis l'année dernière.
Dans un communiqué publié hier, l'organisation internationale a annoncé l'arrestation d'un Nigérian de 40 ans, soupçonné d'être à la tête d'un réseau mondial d'arnaqueurs sur internet.
L'interpellation s'est faite en collaboration avec les autorités locales.
Interpol explique que l'homme, connu sous le nom de "Mike", aurait arnaqué "des centaines de personnes" pour un total de 60 millions de dollars (53 millions d'euros).

Un réseau d'escrocs et des arnaques bien rodées


Outre "Mike", quarante personnes ont également été arrêtées suite à l'enquête d'Interpol, et ce dans plusieurs pays : le Nigéria, mais aussi la Malaisie et l'Afrique du Sud.
"Le commanditaire présumé avait aussi des contacts en Chine, en Europe et aux Etats-Unis pour blanchir l'argent récolté", explique Interpol.
Ce sont d'ailleurs les autorités américaines qui ont livré des détails bancaires pour remonter la piste de l'argent sale.
L'organisation livre ensuite le détail des fraudes, qui étaient principalement de deux sortes. La première, "le faux virement", consistait à prendre le contrôle de l'adresse mail d'un vendeur (magasins en ligne, petites annonces, etc) et à demander à l'acheteur d'envoyer de l'argent sur le compte de l'escroc.

Le second type d'arnaque, dite "arnaque au président", consiste à pirater l'e-mail d'un dirigeant d'entreprise pour ensuite envoyer des ordres de virements au service comptabilité. Selon un rapport du FBI publié en avril 2016, ces arnaques qui visent les entreprises auraient causé 2,3 milliards de dollars de pertes entre 2013 et 2016.
Pour Abdul Chukkol, responsable de la section "Cyber-crime" à l'EFCC, la commission nigériane chargé des délits financiers, cette arrestation au Nigéria est un symbole, car elle démontre que le pays ne doit plus être considéré "comme un paradis pour les criminels".
Vigilance sur internet pour les entreprises
Au delà de ce cas particulier, Noboru Nakatani, directeur de l'IGCI (INTERPOL Global Complex for Innovation) estime que les entreprises doivent renforcer leur vigilance pour éviter ces arnaques.
"Des protocoles de sécurité basiques tels que la double identification et une vérification poussée sont essentiels pour réduire le risque d'être piégé", explique-t-il dans le communiqué d'Interpol.
La prudence s'applique aussi pour chaque internaute : en cas doute sur un mail semblant provenir d'une institution officielle (faute d'orthographe, logo contrefait, demande du numéro de carte bleue et du cryptogramme, demande de mandat cash), il est conseillé de le signaler à l'institution en question, mais aussi à Signal Spam, une plateforme communautaire qui travaille avec les autorités publiques.
Ainsi, La Tribune a par exemple été victime d'une arnaque en 2015 et 2016, lorsque des pirates ont reproduit le logo du site et créé un faux article. Au total, les arnaques sur internet auraient coûté 4,5 milliards d'euros aux Français entre 2010 et 2016, selon le parquet de Paris.